Spiritualité

Jésus est présent tout au long du pèlerinage 
pour marcher avec nous et nous aider à porter nos fardeaux.
En toute discrétion et délicatesse, Il est disponible, Il est là pour nous aimer, pour nous parler à travers un prêtre qui marchera avec nous, ou à travers la parole réconfortante d'un frère.

Les réflexions sur notre rôle de père de famille sont menées sous 3 angles :
- Notre rôle de père,
- Notre rôle de fils,
- Notre rôle d'époux.

Chaque année, un thème de méditation principal, tiré d'un évangile, éclaire la réflexion des pères de famille et donne lieu à de nombreux échanges et support de réflexions.




Thème de méditation 2018
« Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère, et mets-toi en route pour la terre d’Israël 

Retrouvez ici l'homélie de Mgr Habert, évèque de Seez.


Thème de méditation 2017

« Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur ! C’est mon Dieu qui est ma force ! »  
Isaie 49-5


Thème de méditation 2016

 "Que votre âme trouve sa joie dans la Miséricorde du Seigneur"
Ben Sirac le Sage


Thème de méditation 2015 

"Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie."
Jean 8-12



Thème de méditation 2014


« Puisons avec joie à la source du Sauveur » 

Livre d'Isaïe - Chapitre 12



Thème de méditation 2013 : "Il était une "foi" Joseph..."


Saint Joseph enseigne le secret de la paternité
"Je voudrais adresser une exhortation particulière aux pères de famille puisque Saint Joseph est leur modèle. C’est lui qui peut leur enseigner le secret de leur propre paternité, qui à veillé sur le fils de l'Homme. De même, chaque père reçoit de Dieu ses enfants créés à sa ressemblance et à son image. Saint Joseph a été l'époux de Marie. De même, chaque père de famille se voit confier le mystère de la femme à travers sa propre épouse. Comme Saint Joseph, chers pères de familles, respectez et aimez votre épouse, et conduisez  vos enfants, avec amour et par votre présence avisée, vers Dieu où ils doivent être (Luc 2, 49)".

Benoit XVI, le 19 mars 2009


Je vous salue Joseph 

"Je vous salue Joseph, vous que la grâce divine a comblé, le Sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux. Vous êtes béni entre tous les hommes et Jésus, l'Enfant divin de votre virginale épouse, est béni. Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu, priez pour nous dans nos soucis de familles, de santé et de travail, jusqu'à nos derniers jours et daignez nous secourir à l'heure de la mort.  Amen"

 

Thème de méditation 2012

"Si tu savais le don de Dieu", 
tiré de l'évangile de la Samaritaine au bord du puits.


« Comme il fallait qu’il passât par la Samarie, il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure. Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit : “ Donne-moi à boire ”. Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. La femme samaritaine lui dit : “ Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ? ” Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. Jésus lui répondit : “ Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive ”. “ Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ; d’où aurais-tu donc cette eau vive ? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux ? ” Jésus lui répondit : “ Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle ”. La femme lui dit : “ Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici ”. “ Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici ”. La femme répondit : “ Je n’ai point de mari ”. Jésus lui dit : “ Tu as eu raison de dire : Je n’ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai ”. “ Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète. Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem ”. “ Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité ”. La femme lui dit : “ Je sais que le Messie doit venir (celui qu’on appelle Christ) ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses ”. Jésus lui dit : “ Je le suis, moi qui te parle ”. Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu’il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit : “ Que demandes-tu ? ” ou : “ De quoi parles-tu avec elle ? ” Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens : “ Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; ne serait-ce point le Christ ? ” »

— Évangile selon Jean, chapitre 4, versets 4 à 29